Nobel Prizes against le Pen!

“Certains d’entre nous, lauréats du prix Nobel d’économie, ont été cités par des candidats à l’élection présidentielle française, notamment par Marine Le Pen et ses équipes, pour ­justifier un programme politique sur la question de l’Europe. Les signataires de cette lettre ont des po­sitions différentes sur les sujets complexes que sont l’union monétaire et les politiques de ­relance. ­Cependant, nos opinions convergent pour condamner cette instrumentalisation de la pensée économique dans le cadre de la campagne électorale française.

– La construction européenne est capitale non seulement pour maintenir la paix sur le continent mais également pour le progrès économique des Etats membres et leur pouvoir politique dans le monde.

– Les évolutions proposées par les programmes antieuropéens déstabiliseraient la France et re­mettraient en cause la coopération entre pays européens, qui assure aujourd’hui une stabilité économique et politique en Europe.

– Les politiques isolationnistes et protectionnistes et les dévaluations compétitives, toutes menées au détriment des autres pays, sont de dangereux moyens d’essayer de générer de la croissance. Elles entraînent des mesures de représailles et des guerres commerciales. Au final, elles se révéleront préjudiciables à la France ainsi qu’à ses partenaires commerciaux.

– Quand ils sont bien intégrés au marché du travail, les migrants peuvent être une opportunité économique pour le pays d’accueil. Plusieurs des pays les plus prospères au monde ont su accueillir et intégrer les émigrés.

– Il y a une grande différence entre choisir de ne pas rejoindre l’euro en premier lieu et en sortir après l’avoir adopté.

– Il faut renouveler les engagements de justice sociale, et ainsi garantir et développer l’équité et la protection sociale, en accord avec les valeurs traditionnelles de la France, de liberté, d’égalité et de fraternité. Mais l’on peut et l’on doit parvenir à cette protection sociale sans protectionnisme économique.

– Alors que l’Europe et le monde font face à des épreuves sans précédent, il faut plus de solidarité, pas moins. Les problèmes sont trop sérieux pour être confiés à des politiciens clivants.”

Angus Deaton (Princeton, prix Nobel en 2015), Peter Diamond (MIT, 2010), Robert Engle (NYU, 2003), Eugene Fama (Chicago, 2013), Lars Hansen (Chicago, 2013), Oliver Hart (Harvard, 2016), Bengt Holmström (MIT, 2016), Daniel Kahneman (Princeton, 2002), Finn Kydland (CMU, 2004), Eric Maskin (Harvard, 2007), Daniel McFadden (Berkeley, 2000), James Mirrlees (Cambridge, 1996), Robert Mundell (Columbia, 1999), Roger Myerson (Chicago, 2007), Edmund Phelps (Columbia, 2005), Chris Pissarides (LSE, 2010), Alvin Roth (Stanford, 2012), Amartya Sen (Harvard, 1998), William Sharpe (Stanford, 1990), Robert Shiller (Yale, 2013), Christopher Sims (Princeton, 2011), Robert Solow (Columbia, 1987), Michael Spence (Stanford, 2001), Joseph Stiglitz (Columbia, 2001), Jean Tirole (Toulouse School of Economics, 2014)

2 Responses to “Nobel Prizes against le Pen!”

  1. Dan Simpson Says:

    “[…] were they white? I’m not surprised.”

    http://www.bbc.co.uk/newsbeat/article/39641822/the-young-gay-french-men-who-are-voting-far-right

    [Hiding somewhere where very few speak French and no one cares about England for a few days, but I did have breakfast today with someone who pointed out that the arrow of time isn’t pointing towards freedom but towards things that make white men feel better about ourselves (specific topic was tech jobs, but the point is more widely true). ]

    • Although this article illustrates well how Le Pen has managed to turn herself into a herald of gays (while planning to abolish same-sex weddings), women (while being opposed to abortion rights), “the people” and working classes (while living in a castle most of her life and working as a lawyer for at most six years), in a successful newspeak manoeuvre presenting her opposition to islam and immigration as liberating for all those groups, I do not find this categorisation of voters much helpful in understanding the rise of the extreme right candidate. After all, there are about 50% males in France and, while there is no scientific way to define whether or not someone is “white” or “blue”, I do not know which percentage of them consider themselves as “whites”, but it is certainly a majority. (The use of racial categories in official statistics is prohibited and rightly so.)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s